La centrale vue par les élèves

Un article rédigé par les CE2 de l’école Albert De Mun, qui vivent au quotidien l’installation de la centrale photovoltaïque sur leur toit !

L’école du futur : une école plus respectueuse de l’environnement

Tout a commencé quand une poignée de citoyens du quartier a eu l’idée de mettre des panneaux solaires sur le toit de l’école Albert de Mun.

Un matin, nous arrivons à l’école et « surprise », des échafaudages s’accrochent aux murs ! Quelques semaines plus tard, les panneaux sont en place !

Chaque jour, nous avons assisté à l’avancement du chantier. Nous avons vu les ouvriers travailler. Nous les avons interrogé dans la cour. Et nous avons même eu la chance de les interviewer dans la classe !

En effet, on se posait plein de questions sur le métier des ouvriers et aussi sur le fonctionnement des panneaux solaires : avez-vous le vertige ?; depuis quand faites-vous ce métier ?; est-ce facile de monter les échafaudages ?; votre métier se résume-t-il à installer des panneaux solaires ?… On a même voulut savoir combien ils gagnaient, mais on a appris que ce sujet était « un petit peu » tabou !

Pour résumer, on a appris qu’ils étaient couvreurs-charpentiers à l’origine mais que cela fait 7 ans qu’ils posent des panneaux. Donc, on en a conclu qu’il y a de plus en plus de panneaux solaires depuis quelques années. On est super contents de cette nouvelle, car cela veut dire que l’on utilise de plus en plus l’énergie solaire qui est renouvelable et moins polluante que les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz).

On a appris qu’il y a 144 panneaux sur le toit. Et sachant que chaque panneau coûte environ 150 euros, nous avons calculé (dans la joie et la bonne humeur) que les panneaux ont coûté 21 600 euros.

Les ouvriers ne sont pas parvenus à répondre à toutes nos questions sur le fonctionnement des panneaux solaires, mais on en sait quand même plus qu’avant grâce à eux ! Ils nous ont expliqué que le panneau capte l’énergie du soleil et le transforme en électricité grâce à un petit boîtier : l’onduleur. Ensuite, l’électricité passe dans des câbles et rejoint le réseau de l’école.

Si les couvreurs ont terminé leur chantier, les panneaux ne sont pas encore en service. Les électriciens doivent encore faire leur travail.

On se demande quand est-ce-que l’école sera fournie en électricité par cette nouvelle installation ?

La classe de CE2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *